Chapitre 2: la légende disait vrai ?

16 avr

Hier soir, quand je suis arrivé après deux ans d’absence. Grand-mère était folle de joie, elle avait déjà tout préparé pour que mon emménagement soit parfait. Cependant après les embrassades je suis directement partie dormir, trop fatigué pour lui raconter quoi que ce soit. Le matin venue, je ne l’ai pas fait attendre. Après avoir chaussé mes chaussures, je l’a rejoint dans le jardin.

Je la vois au loin, elle est habillée de sa fameuse robe mauve, toute tachée de boue. Depuis que je suis petite, j’ai toujours aimé la regarder jardiner, c’est tellement agréable. L’extérieur de la maison, le jardin, donne sur la forêt. Elle me fait peur depuis la dernière fois que j’y ai mis les pieds. Le soir, très tard on peut entendre des coyotes hurler, se battre. Plusieurs fois nous avons retrouvé des hommes et des femmes mutilé à mort par ceux-ci. Et pourtant, jamais personne n’a appelé les autorités pour les abattre. C’est le genre de chose qui ne m’avait pas manqué. Hier soir j’ai été réveillé par des coyotes. Au début j’ai cru que c’était des loups, mais les loups n’existent plus vers ici. Parmi toutes les histoires horribles que grand-mère me comptait, il y avait celle sur les loups de Saiphique.

Il y a 60 ans de cela, de nombreuses meutes de loups peuplé notre village: Saiph Town. Nous les avions baptisé « les loups de Saiphique » en mémoire à celui-ci. Un jour, alors que le village était en pleine période de fête de noël, les loups sont sortie de la forêt pour assassiner le plus de villageois que possible. Il y a eu une centaine de morts avant que les gens réagissent et tue à coup de balle les loups qui nous ont attaqués. Depuis ce jour, plus aucun loup ne vie en liberté par ici, la forêt est interdite à tout le monde et elle est clôturée de fil électrique.

Alors non, c’était juste de gros coyotes. Quand je les ai vus s’approcher de notre jardin qui est séparé de la forêt par de simples fils électriques: j’ai eu peur qu’ils ne rentrent. Mais grand mère est sortie de la maison et les a fait fuir. Je crois que depuis le temps qu’elle les côtoient elle a appris à les faire fuir par un simple signe de direction. C’est bluffant.

Même si le jardin et la forêt n’ont aucune délimitation visible, on voit quand même la différence. J’ai toujours été écœuré de venir dans le jardin de grand-mère. On peut croire que la maison est abandonnée juste en voyant le jardin: les arbres sont mort, l’herbe est brûlée à plusieurs endroits et l’eau de l’étang est maintenant noire de saleté. Je vous laisse imaginer l’odeur. Ce que je n’ai jamais compris c’est l’état du jardin par rapport à la serre de grand-mère. Elle y fait pousser des tas de plantes et d’herbe rares. Une fois, j’ai attrapé un vilain virus qui aurait eu raison de moi si grand-mère n’avait pas eu sous la main une épice qui vient d’Egypte. En moins de deux jours j’étais déjà rétabli. Quand les villageois ont appris la nouvelle, nous n’avons plus jamais eu besoin de docteur. Oui, on peut dire que c’est de la magie ! les plantes sont fabuleuses n’est-ce pas ? Pour moi, la serre est magnifique, je peux même dire magique. Elle ressemble à une forêt tellement la serre est grande. Le sol est en carrelage d’extérieur, les plantes nous entourent de toute part et l’air y est pur. La seule chose qui à changer depuis mon départ ce sont les lierres qui ont commencé à grimper sur les murs. C’est un endroit féerique. On pourrait croire que grand mère contrôle les plantes haha !

Cette dernière est assis sur un hamac, en face de la petite rivière. Grand-mère a choisi cette maison à cause de la rivière qui traverse un bout du jardin. Elle y a fait construire sa serre à travers, comme ça toutes ses plantes ont de l’eau à volonté ! le seul bémol je dirai, c’est que la rivière passe aussi par la forêt et donc, si un coyote, un lapin ou n’importe quelle autre bestiole tombe dans l’eau, elle arrive automatiquement dans la serre.

- »Bonjour ma petite mamie ! » lui dis-je avant de la prendre dans mes bras.

Elle est toujours aussi belle, ses yeux sont d’un bleu océan et son visage ridé est orné d’un magnifique sourire, qui est pour moi je l’espère.

« -Olivia chérie, comment c’est passé ton voyage ? » dit-elle, tout sourire

-« 6 heures de route ça épuisent » lui dis-je avec un sourire. « Grand-mère, je peux te poser une question ? »

Surprise, elle me regarde et hoche la tête. Jamais je n’ai eu besoin de lui demander les choses, elle les a toujours deviné avant. Une fois, un garçon de ma classe particulièrement beau m’avait demandé mon numéro pour soi-disant « échanger les devoirs ». Pour moi c’était cohérent puisque je travaille bien en cours. Mais grand-mère était persuadé que lui, voulait plus que tout ça. Elle pensait de tout son cœur qu’il voulait sortir avec moi. Et sans secret, nous sommes tombé amoureux à force de parler nuit et jour. Il a été mon premier amour et je pense qu’il sera le dernier. Une fois assis à ses côtés, je pris la parole.

- »Hier soir je t’ai vue repoussé les coyotes, comment tu as faits ? » Elle me regarde avec un air encore plus surprise et ne semble pas vouloir répondre à ma question.

-« c’est compliqué, tu n’as pas encore 18 ans, je ne peux rien te dire pour le moment » soupire-t-elle.

Bien sure que si, j’ai 18 ans depuis hier. Elle l’a oublié ? Et puis, pourquoi elle ne veut pas me le dire ? ce n’est pas si grave que ça si elle a un lien avec des mangeurs d’hommes. Je veux dire, si elle les aime, s’ils lui sont fidèles, ce n’est pas grave. C’est vrai que c’est rare d’avoir un coyote pour animal de compagnie mais je ne la jugerai pas.

- » Mes 18 ans je l’ai est eut hier grand-mère, tu as oublié ? » je lui demande, un peu déçu.

- » Ho ma belle, non je n’ai pas oublié, mais tu n’as pas encore 18 ans dans mon monde. Patience, dans quelques jours tu sauras tout » Cette fois-ci, je crois qu’elle a vraiment perdu la tête. Je suis revenu pour voir ma grand-mère, pas pour m’occuper d’une vieille femme sénile qui a oublié mon anniversaire ! Je ne comprends pas pourquoi elle me fait ça, j’ai toujours été la première à prendre sa défense face à mes parents. Ici, elle est comme la folle du village et je jamais voulu les croire.

Pourtant, on dirait que la légende disait vrai.

avec amour, lalectriceassidue

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Nekotaku |
Rives et derives |
Sebastien aime Annabelle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus