Chapitre 3: bordel de bordel

18 avr

Dans la vie, tout n’est pas drôle, tout n’est pas rose. Un jour, alors que vous avez la belle vie, il arrive toujours le pire. Il y a quelques mois de cela, alors que je n’étais encore qu’en première, je sortais avec un très beau garçon depuis 3 ans: Jo.. c’était le genre de garçon qui ne te juge pas et qui ne juge personne d’ailleurs. Il a toujours été gentil avec tout le monde et je crois que c’est la première chose qui m’a plus chez lui. Au début de notre relation je ne pensais pas qu’on irait aussi loin tous les deux. On a fait tellement de choses ensemble, expérimenté tellement d’activité. Comme dans tout les couples, on a connu des hauts et des bas mais pourtant on a toujours été là l’un pour l’autre. C’était magique nous deux, c’était merveilleux.

Ne dit-on pas que toute bonne chose à une fin ? si, je crois. J’aurais aimé que notre relation se finisse comme toute les autres: mais Jo nous a quitté il y a 6 mois. Il est mort lors d’un attentat dans notre lycée. Lui et 42 autres personnes y ont laissé leur vie. Certain m’ont raconté que Jo avait sauvé une seconde, mais que malheureusement il a donné sa propre vie pour ne pas voir la petite Anna mourir. Même lorsque la mort était à sa porte, il a su rester courageux.

Ce jour-là je n’étais pas au lycée, c’était ma journée d’appel. En un sens je suis contente de ne pas avoir vécu cet incident, mais d’un autre côté je donnerai tout pour être la dernière personne à le voir vivant. Je voulais être son dernier souvenir.

C’est dur de repenser à lui, à nous. Je n’arrive même plus à me rappeler de son visage sans une photo. Au jour d’aujourd’hui j’ai tellement pleuré sa mort que je crois que mon stock de larmes va bientôt être épuisé.

Je ne comprendrai jamais pourquoi le terrorisme existe, ni pourquoi il s’en est pris à des lycéens innocents. Ils avaient encore toute leur vie à tracer. Comme, je ne sais pas moi, finir leurs études, se marier, faire des enfants, avoir un chien qui s’appellerait Alistère et un poisson que les enfants auraient nommé bubulle. Nous avions déjà réfléchi à tout BORDEL !

Ca y est, je n’ai plus de larmes.. c’est tellement horrible de ce dire que je ne le reverrai plus jamais. J’ai du mal à voir ma vie continuer, c’est d’ailleurs la raison qui m’a poussé à revenir à Saiph Town, outre le mal-être de grand-mère. Depuis que je suis arrivé ici, la semaine dernière, je n’arrête pas de me dire que je suis une lâche. J’ai tout abandonné pour revenir et pourtant rien ne tourne rond dans ma vie. J’ai l’impression d’être maudite.

Voilà une semaine que j’aide grand-mère dans ses tâches quotidiennes même si j’avoue qu’elle y arrive mieux que moi. Et puis, il y a un tas de choses bizarres qui se produise sans cesse. Par exemple, encore hier j’ai surpris ma grand-mère crier au téléphone un rapide « comprime la plaie, j’arrive » pourtant elle n’est pas infirmière. Lorsqu’elle est partie dans sa chambre chercher je ne sais quoi, elle n’avait pas raccroché. Il n’y avait personne au bout du fil et le numéro affiché était 0000000000.

Je pense réellement que grand-mère devient folle, mais je ne peux pas l’envoyer dans une maison de retraite: je n’ai ni les moyens, ni l’envie.

Au loin, dehors, j’entends un bruit, le même bruit que j’entends tous les soirs: ce sont encore les coyotes. Je ne comprends pas pourquoi grand-mère ne fait pas installer une vrai clôture ?

Même un ours peut passer entre les deux fils électriques sans se faire mal. Chaque soir je vois Mami prendre une chaise et s’asseoir en face d’eux. Je crois qu’elle les admire. Ce qui m’étonne le plus dans cette histoire, c’est que les coyotes n’ont jamais fait preuve de méchanceté envers elle, pourtant ce sont bien des animaux sauvage non ?

A pas de loup, je descends les marches pour rejoindre grand mère. Je la vois vaguement dehors, elle est cachée derrière un arbre que je n’avais pas vu depuis ma fenêtre. Tout d’un coup, alors que le silence règne, des centaines de hurlements de loup atteignent mes pauvres petites oreilles. C’est tellement douloureux que je ne peux m’empêcher de les protéger avec mes mains et de fermer les yeux, comme-ci ça allait tout arranger. Seulement quelques instants après, il n’y a plus qu’un seul hurlement dans l’air. Un son rauque, surement un mâle. Quand je rouvre les yeux, des centaines de coyotes sont mon jardin, ils sont tous passé à travers les fils. Grand-mère a disparu, je ne la voit plus. J’ai envie de crier, de courir la chercher mais les nombreuses paires d’yeux qui me fixent m’en dissuade facilement. Disons que de se cacher derrière une chaise n’est pas vraiment fiable.

Les coyotes sont tellement gros, on dirait des loups. Est-ce que ce sont des loups ? ça expliquerait l’admiration de grand-mère et aussi les hurlements strident qu’ils ont fait. C’est impossible, comment une centaine de loups pourraient réapparaître dans la forêt en un claquement de doigt ? Je n’arrive pas à comprendre, je suis confuse.

Il y a un coyote/loup qui me fixe, son regard est tellement envoûtant que je m’y perd. Ses yeux sont d’un gris glacial, sans aucune once de sentiment. S’il n’y aurait eu que ses yeux, je serai surement partit en courant mais en regardant la globalité de sa personne on change d’avis. Son pelage est imposant, d’un blanc éclatant et de légère rayure noire orne son dos. Il m’attire, il m’obsède…

Au milieu de la foule j’aperçois grand-mère, enfin je crois que c’est elle. Elle est habillée d’une longue tunique marron en daim, on dirait un tissu tellement précieux quand on vois la façon dont elle se déplace à l’intérieur. Sans m’en apercevoir, j’avance de plus en plus vers la baie vitrée. J’ai bien raison, ce ne sont pas des coyotes mais des loups. Grand-mère est assis sur l’un d’eux, le plus imposant, le chef ? Elle ne boite plus, ses yeux habituellement presque transparents sont maintenant bleu vif, réconfortant.. On dirai une autre femme !

- »mais c’est quoi ce bordel ? » crie-je à grand-mère, lorsqu’elle descendit du loup, docile.

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Nekotaku |
Rives et derives |
Sebastien aime Annabelle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Laprincessereveuse
| Les histoires d'Astraia
| Lemiroirdelorient